Comment choisir un complément alimentaire ? 

Nutrivi vous conseille avec ces règles pour choisir un complément alimentaire.

Des doses modérées

Sauf indication thérapeutique, optez pour les doses efficaces les plus basses, telles qu’elles ressortent des essais cliniques et/ou des études d’observation. Pour les vitamines et minéraux, fiez-vous aux apports nutritionnels conseillés par LaNutrition.fr.

Des nutriments naturels

Pour les vitamines C, E, le bêta-carotène : des formes naturelles existent. A l’exception de la vitamine C, pour laquelle formes naturelle et synthétique sont équivalentes, mieux vaut opter pour une vitamine E et du bêta-carotène naturel. La vitamine E synthétique (dl-alpha-tocophérol) peut faire chuter le taux sanguin d’une substance cousine, le gamma-tocophérol qui apparaît essentiel à la lutte contre certains polluants et oxydants azotés difficiles à contrôler. Le bêta-carotène synthétique entraîne une élévation anormale des taux de bêta-carotène dans le corps, avec là aussi une incidence possible sur le niveau d’autres caroténoïdes.

Des nutriments associés

Que ce soit dans des complexes de base ou des complexes antioxydants, les vitamines et les minéraux – à condition qu’ils soient compatibles- sont plus efficaces ensemble qu’isolés. Ils agissent en synergie. Il faut donc être prudent lorsqu’on n’achète que de la vitamine E, ou que du zinc etc…

Pas de complexes qui contiennent fer, cuivre, manganèse

Le fer peut manquer chez les enfants en croissance rapide, les femmes entre 15 et 50 ans, les femmes enceintes, certains végétariens. Dans ce cas, il doit être pris séparément, et non associé à d’autres nutriments, en particulier la vitamine C car cette association peut créer des radicaux libres. Le cuivre, qui a tendance à s’accumuler dans l’organisme peut être encore plus agressif que le fer. Ces réactions ont été constatées expérimentalement, on ne sait pas encore formellement s’il en va ainsi dans l’organisme mais par prudence, les spécialistes conseillent d’éviter ce type de produits. 

Enfin, une consommation élevée de manganèse a été associée à des troubles neurologiques dans plusieurs études. Compte tenu de la neurotoxicité du manganèse, de l’absence de déficit et de l’absence de bénéfices démontrés par une supplémentation, il vaut mieux s’en tenir aux apports alimentaires. Dans tous les cas, il faudrait ne pas dépasser (aliments plus supplements) 10 mg/j.

Pas d’excipients problématiques

Il faudrait éviter les compléments alimentaires qui contiennent du saccharose, du fructose, du lactose, de la maltodextrine (sucres) ou encore du dioxyde de titane (E171), un additif controversé.

Une fabrication française

Dans la mesure du possible, achetez des compléments alimentaires fabriqués en France. Ils sont conformes à une réglementation stricte, celle en vigueur en Europe. Ils font l’objet de contrôles réguliers.


Accepter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services.  Pour en savoir plus et paramétrer les cookies, cliquez ici.